Winne Haenen

winne_haenen

Que faites-vous concrètement en tant que médecin-inspecteur médical ?

Je suis responsable, pour trois provinces, de l’aide médicale d’urgences et de tous les aspects liés à la planification d’urgence. Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Quand vous tombez dans l’escalier, vous avez besoin d’une ambulance. La supervision des garanties de qualité pour ce système fait partie de mon travail. L'autre partie consiste à être responsable, au sein de la cellule de crise, des aspects médicaux de l'assistance, comme lors des attentats de Zaventem.

Qu’est-ce qui vous plait particulièrement dans votre travail ?

La variété, mais aussi le contact avec le terrain. Je visite les services de secours, je parle avec le personnel des urgences et la direction des hôpitaux, j’ai aussi des contacts avec les bourgmestres… Mon travail m'amène également à participer à de nombreux grands événements, où je donne des conseils sur l'aide médicale. En cas de catastrophe, il est satisfaisant de savoir que vous faites la différence. Vous fournissez non seulement une assistance médicale aiguë, mais aussi une expertise en matière de lutte contre les effets, et là vous êtes très proche du travail de secours réel.

Quand vous vous penchez sur tout ce que vous avez déjà réalisé, de quoi êtes-vous la plus fière ?

Je suis fière de la science que j'apporte à mon domaine. Un bon exemple en est le modèle mathématique que j'ai créé pour déterminer quelles installations médicales sont nécessaires lors d'un événement tel que Tomorrowland. Ce modèle mathématique est désormais reconnu au niveau international et est l'un des rares de ce type dans le monde.

Pourquoi avez-vous choisi de travailler pour l’administration fédérale ?

Lors de mes études de médecine, j'ai choisi d'étudier des spécialités liées à la santé publique, un domaine qui m'intéresse énormément. C'est une des raisons. Mais c'était aussi un choix pour l'engagement, quelque chose que j'ai appris à l'école. Vous pouvez faire la différence en tant que médecin généraliste, mais vous ne pouvez pas faire la différence dans des structures ou parmi de grands groupes de personnes.
Après avoir travaillé dans la pratique clinique et l'industrie, j'ai trouvé ma place au sein de l’administration. Le mélange entre les soins et la politique que j'y trouve est très important pour moi. Même si je vois peu de patients, mes connaissances médicales restent d'une grande valeur.

Que diriez-vous aux prestataires de soins qui hésitent à travailler pour l’administration fédérale ?

Lancez-vous ! L’administration fédérale est un employeur de premier plan. Ne vous mettez donc pas à l'écart en disant ce qui ne va pas, mais contribuez à rendre l’administration fédérale encore plus efficace. L'image démodée de l’administration est totalement dépassée. Il y a beaucoup de connaissances et de compétences, et un immense travail y est abattu.

Il existe également un grand sens de la solidarité au sein de notre service. Et nous pouvons compter sur un soutien suffisant : sur le plan technologique, en termes de matériel de protection. Il existe aussi une grande bibliothèque médico-scientifique en ligne que nous pouvons consulter, etc. En outre, par rapport à d'autres employeurs ou aux indépendants, les conditions de travail de l’administration fédérale sont vraiment intéressantes, notamment en raison de la culture du télétravail.

Travailler pour .be ?

Trouvez l'emploi qui vous convient et rejoignez-nous !

Découvrez toutes les offres d'emploi disponibles