Stijn Fouquaert

Stijn_Fouquaert

Que fait concrètement un IT infrastructure manager ?

Au sein de notre organisation, je suis responsable de tout ce qui concerne l'infrastructure informatique, à savoir les serveurs, les réseaux, Office 365, etc. Dans le cadre de mes fonctions, je gère une équipe d'ingénieurs aux spécialisations diverses. Je les dirige, j'établis le planning et j’assure la coordination interne avec les autres équipes. Je supervise également les budgets et, bien sûr, j'assure le suivi des projets en cours.

Qu’est-ce qui rend ce job intéressant à vos yeux ?

Ce qui est particulièrement intéressant à mes yeux, c’est l'alternance entre la partie technique et les compétences générales nécessaires dans mon travail. Ces dernières années, de nombreuses nouveautés sont apparues dans le domaine de l'infrastructure informatique, ce qui rend ce domaine encore plus passionnant. Par exemple, on travaille beaucoup aujourd'hui sur les environnements dans le cloud, où les serveurs et le stockage sont hébergés par des tiers. Cela nécessite une forme spécifique de coopération. Nous nous concentrons moins sur le matériel informatique et le centre de données que sur la gestion des systèmes, la sécurité et la connectivité de ces environnements dans le cloud.

Ce qui est également chouette, c'est que, plus qu'auparavant, nous avons de nombreux contacts avec le monde extérieur. Nous collaborons avec divers partenaires informatiques, services du business et autres départements d'infrastructure informatique au sein de l’administration fédérale. Bien sûr, nous sommes aussi en contact avec tous les clients, tels que les autorités locales, la police ou les assureurs, mais aussi le personnel de notre SPF. La communication est donc devenue un aspect important de ce métier

De quelles réalisations êtes-vous particulièrement fier ?

Le fait que, malgré que nous soyons une organisation fédérale relativement petite, nous avons été parmi les premiers à adopter pleinement le cloud, il y a environ sept ans. Nous l'avons fait avant même qu'il y ait une initiative commune au sein de l’administration fédérale. Je suis fier que nous ayons été avant-gardistes. La reconnaissance a fini par suivre. En tant que pionniers, nous avons été invités à partager nos résultats avec les départements informatiques de l’administration et Microsoft lui-même nous a renseigné plusieurs fois comme référence à d'autres institutions publiques.

Pourquoi avez-vous opté pour un employeur fédéral ?

Après mes études, il était clair que je voulais travailler dans une grande organisation où beaucoup est possible. Alors quand j'ai vu un poste vacant au SPF Mobilité et Transport, j'ai postulé. Mais j'avoue que j'avais des doutes : je craignais de me retrouver dans un environnement de travail obsolète et lent. L'infrastructure n'était pas des plus modernes, mais grâce à un solide projet de rénovation, nous avons plus que compensé le retard, ce qui était très motivant à l'époque. Nous sommes très fiers de notre environnement actuel !

L'avantage de travailler pour l’administration est que les budgets annuels peuvent être libérés pour des investissements et des innovations, pour autant qu'ils se traduisent par un meilleur service, car c'est ce qui compte ici. Nous sommes toujours au courant des derniers développements, plus que ce n'est le cas de certaines entreprises privées. Personne ne doit donc craindre d'être laissé pour compte ici. En outre, il existe ici une véritable culture de la formation. Cela signifie que nous offrons également des opportunités aux jeunes en fin de scolarité.

Travailler pour .be ?

Trouvez l'emploi qui vous convient et rejoignez-nous !

Découvrez toutes les offres d'emploi disponibles