Latifa Rhomari

Latifa Rhomari

Pourquoi avez-vous choisi de travailler dans l’administration fédérale ?

Après 14 ans dans le secteur privé, j’ai décidé de quitter le monde des Banques et Assurances pour rejoindre le SPF Affaires étrangères.

Dans l’administration, le statut de fonctionnaire passe d’abord par la réussite de tests de sélection chez Selor. Ces tests répondent aux exigences de l'anonymat ; le statut d'un fonctionnaire est basé sur les compétences et les capacités.

Travailler dans le secteur public signifie que vous voulez rendre service. Je me sens vraiment utile dans ma profession.

Pourquoi vous êtes-vous tournée vers le secteur public ? 

La sécurité de l'emploi, qui est indiscutablement liée au service public, offre une stabilité qui n'existe pas dans le secteur privé. Éloignés des impacts des fluctuations économiques et financières, les fonctionnaires ne sont pas pour autant immobiles, au contraire.

Tout au long de notre carrière, les responsables RH proposent des programmes de mobilité interne autour d'une évolution horizontale, transversale et verticale.

Quel est le meilleur aspect de votre travail ? 

Ce que j’apprécie le plus dans l’administration fédérale est l’aspect équilibre vie privée-vie professionnelle. En effet, tout est fait en sorte que chaque collaborateur puisse évoluer dans sa carrière sans mettre en péril sa famille. 

Par ailleurs, notre traitement mensuel dépend de notre niveau et notre ancienneté. De plus, d’autres indemnités financières et primes sont prévues, notamment des primes linguistiques. Il existe aussi de nombreux avantages extralégaux, comme par exemple la gratuité des transports publics entre le domicile et le lieu de travail, une assurance hospitalisation avantageuse et de vastes possibilités de formation. 

En voyant ces différents avantages, nous n’avons vraiment pas à rougir par rapport au secteur privé.

L'image que vous avez de l’administration fédérale aujourd'hui correspond-elle toujours à celle que vous aviez avant de commencer à travailler ici ? 

Pour être honnête, j’avais des préjugés sur le rôle de ‘fonctionnaire’, comme par exemple  une personne qui travaille de 8 à 16h et puis basta… 

J'ai été surprise de découvrir que mes collègues étaient très motivés, professionnels, coopératifs, compétents et surtout "orientés client" et qu'ils n'hésitaient pas à faire des heures supplémentaires pour répondre aux besoins du service.

Vous travaillez en tant que business analyst ICT. Que faites-vous concrètement et quel est l’aspect le plus intéressant de votre travail ? 

Je traduis les besoins de nos clients, tant internes qu’externes,  afin de les transmettre à nos collègues de l’informatique. 

Je joue un peu le rôle d’intermédiaire entre les deux parties. Pour ce faire, la première étape est de présenter la situation « AS IS » , en expliquant le contexte, le scope, les contraintes. La seconde étape est dès lors de proposer la situation « TO BE » avec les avantages et inconvénients de chaque solution. L’objectif est de pouvoir proposer différentes solutions au client afin qu’il prenne une décision réaliste et réalisable.

Combien de temps pensez-vous encore travailler pour l’administration fédérale ? 

J’aimerais rester jusqu’à ma pension. En fait, tous les ingrédients sont réunis pour me permettre de m’épanouir.

Que diriez-vous aux personnes qui hésitent à travailler dans l’administration fédérale ? 

N’hésitez pas à postuler dans l’administration fédérale ! Différentes fonctions sont proposées dans tous les domaines. Et un plan d’accompagnement est proposé pour les nouveaux venus. 

Chaque personne, en fonction de ses compétences et ses envies professionnelles, pourra trouver le job de ses rêves au sein de l’administration.

De quelle manière votre travail fait-il une différence pour la société ? 

En tant que collaborateur d’ICT, j’aide les ambassades et consulats afin de faciliter leur travail dans le domaine logistique et informatique. De cette manière, ils peuvent aider les citoyens belges de manière plus efficace et efficiente.

Qu’évoque pour vous la flexibilité au travail ? 

La flexibilité du travail est un élément primordial dans mon choix de carrière. Pour moi, cela signifie notamment le télétravail et les horaires de travail flexibles. Vous pouvez organiser votre journée de manière à pouvoir aller à la salle de sport, vous occuper de vos enfants, travailler de la maison et avoir du temps pour vous.

Travailler pour .be ?

Trouvez l'emploi qui vous convient et rejoignez-nous !

Découvrez toutes les offres d'emploi disponibles