Ava Vandekerckhove

Ava Vandekerckhove

Pouvez-vous expliquer votre travail en quelques mots ?

Je travaille pour le Service fédéral des Pensions en tant qu'agent de pension. Je traite donc des dossiers de pension, et je suis plus particulièrement responsable de l'attribution des pensions aux employés. Je vérifie le montant de la pension auquel une personne a droit. Je cherche, pour ce faire, les informations nécessaires. Parfois, je dois appeler la personne qui va bientôt prendre sa retraite pour obtenir une image plus complète de sa carrière. Inversement, les personnes qui ont des questions à propos de leur dossier me contactent parfois.

Cela ne fait pas si longtemps que je travaille ici, mais à terme, j’assurerai également des permanence téléphonique, où je répondrai aux questions des citoyens tout au long de la journée. Mais pour cela, j'ai besoin d'une formation et d'une expérience supplémentaires, afin de pouvoir aider les gens de la meilleure façon possible. Et puis il y a des projets spécifiques sur lesquels je pourrais me concentrer à l'avenir, comme le suivi des politiques de pension à l'étranger.

Qu’est-ce qui vous plait dans votre travail ?

J'aime pouvoir aider les gens individuellement. Avec mon travail, je peux vraiment faire la différence pour eux. Après tout, grâce au travail que je fais, les gens peuvent compter sur le fait que leur demande de pension sera traitée dans un délai raisonnable. Les gens sont vraiment heureux lorsque vous les aidez à avancer dans leur dossier et lorsque vous les aider dans ce labyrinthe administratif. Et en fin de compte, ils peuvent profiter de leur pension bien méritée.

Vous avez un handicap visuel. Comment le Service fédéral des Pensions vous a-t-il accueillie ?

Le premier jour, j'ai remarqué que tout le monde n'était pas au courant de mon handicap. Je sais que le service de recrutement de l’administration fédérale ne transmet pas cette info, mais apparemment, elle n'était pas non plus parvenue au service RH du Service fédéral des Pensions. J'avais déjà vécu la même chose à au SPF Emploi où je travaillais auparavant.

Mais une fois que j'ai expliqué, le Service fédéral des Pension a eu une attitude très bienveillante et ouverte à mon égard. Le directeur m'a même fait savoir que le bâtiment pourrait être rendu plus accessible pour moi si nécessaire. C'était agréable à entendre, bien sûr, je me suis sentie la bienvenue.

De quelle manière êtes-vous soutenue concrètement ?

J'utilise du matériel de soutien spécifique. J'ai un afficheur braille, une sorte de clavier adapté, et aussi un logiciel de lecture qui lit tout. Ce qui est pratique, c'est que cet équipement m'appartient et que j’ai pu l'emporter de mon précédent emploi. Il est également possible de demander des aménagements du poste de travail en fonction de vos besoins. Mais dans mon cas, ce n'est pas nécessaire.

 

Travailler pour .be ?

Trouvez l'emploi qui vous convient et rejoignez-nous !

Découvrez toutes les offres d'emploi disponibles