Gloria De Smedt

Gloria_De_Smedt

Parlez-nous de votre job …

Je travaille actuellement dans la section identification de l’ONSS depuis environ 10 mois. Notre travail consiste principalement à octroyer un numéro ONSS aux différents employeurs de Belgique lorsqu’ils veulent recruter du personnel. Nous gérons donc l'ensemble de la base de données de l’organisme et les données sur les différents employeurs de Belgique. Nous devons tenir les dossiers à jour, collecter des informations et traiter diverses questions, problèmes et appels des employeurs, le tout dans un environnement de travail très agréable.

Quel a été votre parcours professionnel avant de rejoindre l’ONSS ?

Après avoir passé un an à l'étranger, j’ai suivi un bachelier en droit à l'EPHEC à Bruxelles. Dès que j'ai obtenu mon diplôme en juin 2020, j’ai commencé à chercher du travail. J'ai ensuite accepté un poste vacant pour les jeunes de moins de 26 ans dans le cadre d’un contrat PEP avec l’ONSS. C’est mon tout premier emploi. Je n'avais donc pas encore de parcours professionnel avant de rejoindre la grande équipe de l'ONSS. Pendant mes études, j'ai effectué plusieurs stages et j'ai également travaillé en tant qu'étudiant salarié.

Pourquoi avez-vous choisi de travailler à l’ONSS ?

En réalité, l'administration m'a toujours fascinéeJe trouve que c'est un cadre de travail agréable et qu'il y a un bon équilibre entre le travail et la vie privée. D'ailleurslorsque mes études de bachelier touchaient à leur fin, plusieurs personnes m'ont parlé de l'ONSS. Je n'ai entendu que de bonnes choses sur cette administration. Cela m’a donné envie d’envoyer mon C.V. et de postuler à l’ONSS. L'ONSS offre de nombreuses opportunités de carrière, des formations variées, la possibilité de gravir les échelons etc. Au cours de mon entretien d'embauche, plusieurs responsables m'ont également donné beaucoup d'encouragements et m'ont donné envie de travailler avec eux. Ils étaient très humains et ouverts.

Qu’appréciez-vous le plus dans votre job ?

J’aime beaucoup l’ambiance de travail. Elle est saine et agréable. Les gens sont sympathiques. Nous pouvons faire du télétravail quelques jours par semaine. En ce moment, nous le faisons autant que possible à cause de la pandémie. En outre, je pense que l'horaire de travail flexible, l'atmosphère et l'environnement dans lesquels nous travaillons à l'ONSS sont certainement des avantages.

Pensez-vous avoir suffisamment d'opportunités dans votre organisme ?

Oui, je trouve que le secteur public permet à ses agents de s’épanouir et d’évoluer au sein de l’administration. Il y a beaucoup de possibilités de formation et de moyens de progresser grâce aux épreuves d'accession.

À quoi ressemble une journée typique ?

Tout d'abord, je me connecte à mon ordinateur et je lis mes e-mails. Ensuite, je traite les différentes demandes d'identification qui sont arrivées la veille et je donne aux employeurs belges un numéro ONSS définitif afin qu'ils puissent déclarer leur personnel. Lorsque j'ai terminé, je m'occupe de ce que nous appelons notre "série" : mise à jour des dossiers, traitement des différents appels, réponse aux courriels, etc. Tous les jours de travail ne sont pas les mêmes. Certains jours demandent plus d'énergie que d'autres, en fonction des dossiers et de la charge de travail.

Nous devons également nous plonger dans de nouvelles théories, lire et comprendre les règlements. Nous participons également à des réunions de service et d'équipe, et bien plus encore !

Quel a été jusqu'à présent votre plus grand défi dans votre travail ? Pourquoi ?

Je pense que le plus grand défi jusqu’à présent a été de commencer à travailler en tant que contractuel dans une ambiance particulière, celle de la pandémie de COVID. Après une semaine de travail dans le bureau de Bruxelles, il y a eu une nouvelle vague de COVID. Les nouveaux agents ont dû travailler seuls, depuis leur domicile, alors qu'ils étaient tous encore en formation. En effet, il y a beaucoup de matières à apprendre au sein de ma fonction et être en télétravail à temps plein n’a pas été facile. Mes chefs de direction ont dû trouver un moyen de me former à distance. Je pense que c’est réellement un défi, non seulement pour moi mais également pour mes chefs.

En effet, dans mon travail, je dois traiter beaucoup de matière. Le télétravail à temps plein n'était donc pas facile. Mes responsables ont dû trouver un moyen de me former à distance. Je pense que c'est un véritable défi, non seulement pour moi mais aussi pour mes supérieurs.

 

 

Travailler pour .be ?

Trouvez l'emploi qui vous convient et rejoignez-nous !

Découvrez toutes les offres d'emploi disponibles