Sofie Linthoudt

Sofie

Liaison administrations et partage des connaissances

Quel a été votre parcours avant de rejoindre votre employeur actuel ?

J’ai rejoint le Médiateur fédéral presque immédiatement après avoir fini mes études en droit. Je travaillais depuis quelques mois à peine comme juriste dans une organisation patronale pour des entreprises de transport quand j’ai appris en avril 1998 que le Médiateur fédéral, qui venait tout juste de voir le jour, recrutait. J’ai tout de suite passé un entretien.

J’ai d’abord commencé comme contractuelle. Pendant un peu plus d’un an, j’ai collaboré aux premiers pas de l’organisation. Puis, via Selor, j’ai participé à une procédure pour devenir statutaire. Celle-ci comprenait un examen linguistique, un test de sélection sur PC, une épreuve écrite et un examen oral sur la mission du Médiateur fédéral.

Comment décririez-vous votre travail ?

Pour travailler ici, il faut être animé par un sens de l’équité. Vous écoutez toutes les parties et parfois, c’est le citoyen qui a raison, parfois c’est l’administration. Il est essentiel de rester impartial dans l’exercice de sa fonction. Mais en même temps, vous défendez aussi ceux dont les droits sont mis à mal.

J’ai assumé différentes tâches au fil des ans. Au départ, je m’occupais des plaintes du secteur économique et financier, et du traitement des plaintes ne relevant pas de la compétence du Médiateur fédéral et qui devaient donc être réorientées vers le bon service. Ensuite, j’ai participé au rapport annuel – ce que je fais toujours d’ailleurs. Depuis quelques années, je ne traite pratiquement plus aucune plainte, mais je suis responsable de la collaboration avec les coordinateurs de plaintes de première ligne au sein des administrations. À côté de cela, j’assure aussi le soutien du fonctionnement interne du Médiateur fédéral de toutes les manières possibles.

Quels sont les atouts ?

Le travail est très varié, les matières fédérales sont très diverses. Certaines plaintes de citoyen se règlent rapidement. D’autres par contre nécessitent une analyse plus approfondie de ce qui ne va pas. Du coup, c’est un travail riche en défis et qui vous pousse à rester attentif à ce qui se passe au sein de la société. L’un des grands avantages de travailler au Médiateur fédéral est que vous évoluez dans un environnement bilingue.