Laurent Daniaux

Laurent

Gestionnaire de plaintes et enquêteur

Quel a été votre parcours avant de rejoindre le Médiateur fédéral ?

J’ai travaillé dans une banque après mes études et j’ai été ensuite assistant parlementaire pendant trois ans, à la Communauté française et au Sénat. Plus tard, j’ai rejoint l’équipe du Médiateur fédéral. J’y travaille comme auditeur depuis bientôt 12 ans et la fiscalité est mon domaine d’expertise.

Comment décririez-vous votre job ?

Il comporte différents aspects. J’examine quotidiennement les plaintes des citoyens et, en collaboration avec les administrations, je tente de trouver une solution constructive à leurs difficultés.

A partir des constats tirés des plaintes et avec mes collègues, j’analyse aussi en profondeur certaines problématiques en vue de proposer, à l’administration ou au Parlement fédéral, des pistes de solutions. L’objectif est d’éviter que les problèmes rencontrés par les citoyens ne se reproduisent.

Quelle a été la procédure de sélection ?

J’ai d’abord été engagé pour un remplacement, pendant six mois, et j’ai obtenu ensuite un contrat à durée indéterminée. Il y a trois ans, j’ai eu la chance de participer à une épreuve pour devenir statutaire et je l’ai réussie.

Pourquoi travaillez-vous chez le Médiateur fédéral ?

J'y trouve beaucoup d’avantages. Le Médiateur fédéral correspond à mes valeurs, ce qui est très important pour moi. J’ai vraiment l’impression de contribuer, à ma modeste échelle, à améliorer les relations entre les administrations et les citoyens. Lorsqu’un citoyen me contacte avec un problème important et que je parviens à trouver une solution qui va changer les choses pour lui, c’est particulièrement gratifiant. J’ai le sentiment d’être utile et ça me motive au quotidien.

Je participe également à certaines enquêtes que le Médiateur fédéral réalise sur une thématique spécifique ou sur le fonctionnement d’une administration en particulier. Travailler en équipe sur de plus grands projets et pendant une plus longue période, c’est un défi que j’aime relever.

Un autre atout ?

Plusieurs ! Au Médiateur fédéral, j’estime avoir la flexibilité nécessaire pour combiner ma vie professionnelle et familiale. Je peux adapter mes horaires et je bénéficie d’une certaine souplesse pour prendre mes congés. Les bureaux sont situés au centre de Bruxelles, proche des transports en commun et dans un quartier super agréable, ce qui est un atout non négligeable.

Voulez-vous partager une anecdote particulière ?

Oui, il y a quelques années, avec toute l’équipe du Médiateur fédéral, nous avions loué un bus rouge à impériale, comme au Royaume-Uni, pour sillonner la Belgique pendant deux semaines entières. Nous nous déplacions de ville en ville et nous allions à la rencontre des citoyens pour écouter et recueillir leurs difficultés avec les administrations. J’en garde un très bon souvenir et je ne demande qu’à recommencer !