Faites la connaissance d'Anja Braet

Anja Braet

Médecin au sein du Service d'évaluation et de contrôle médical   

Que fait exactement un inspecteur médical à l'INAMI ?

Cela dépend un peu du service pour lequel vous travaillez, mais l'essentiel de mon travail au sein du Service d'évaluation et de contrôle médical consiste à veiller à ce que les fonds de l'assurance maladie soient dépensés aussi bien que possible. Tout d'abord, je fais des inspections chez les médecins et dans les hôpitaux pour vérifier les services facturés. Cela se fait souvent suite à des informations que nous recevons et qui signalent que quelque chose ne va pas, mais il arrive que nous trouvions quelque chose nous-mêmes. Cela peut même conduire à des enquêtes au niveau national. D'ailleurs, des mesures punitives ne sont pas nécessairement prises, parfois, l'information suffit pour faire des ajustements.

En quoi votre formation médicale vous est-elle utile ?

Prenez un dossier sur une intervention spécifique. Je commence par me plonger dans les données. Je me renseigne sur le nombre de ce type d’intervention et sur les éventuels frais supplémentaires. Comme cela demande une certaine interprétation et que vous devez réfléchir à ce à quoi vous devez vous attendre, vos connaissances en tant que médecin sont immédiatement mises à profit. Si nous devons ensuite vérifier très concrètement si un patient particulier répond aux critères de remboursement, un certain bagage médical est nécessaire. Comme quand on parle à un médecin.

En raison du large éventail de dossiers que nous traitons, nous sommes également en contact avec toutes sortes de spécialités. Cela nous permet de nous immerger dans de nombreuses facettes de la médecine, ce qui la rend extrêmement fascinante.

Qu'est-ce qui vous a décidé à franchir le pas vers l'INAMI ?

Pour moi, il était important d'avoir un impact en tant que médecin, mais au niveau de la société et pas seulement sur un patient individuel. Je suis très satisfaite de veiller à ce que les maigres ressources disponibles soient utilisées efficacement. En évitant les abus et les gaspillages, l'argent peut être consacré aux besoins réels.

Cependant, j'avais aussi le sentiment qu'un tel emploi de fonctionnaire pouvait être un peu ennuyeux et répétitif, mais j'ai franchi le pas. Et heureusement, car la réalité ne pourrait être plus éloignée de cette image. Il y a beaucoup de variété dans mon travail. Ce qui est bien, c'est que vous êtes également engagé·e sur vos qualités spécifiques, afin d'être le plus performant·e possible. Comme l'analyse des données est vraiment mon truc, je suis, par exemple, membre d'un groupe de travail qui élabore des indicateurs.

Selon vous, quel type d'employeur est l'INAMI ?

Ce que j'apprécie le plus à l'INAMI, c'est d'être si bien entourée et soutenue. Vous commencez par une formation approfondie et pouvez compter sur un soutien pour votre premier dossier, mais même après cela, les cours de recyclage sont très importants.

En outre, les informations circulent de manière fluide au sein de l'organisation, vous n'avez absolument pas l'impression de travailler sur une île. J'écoute souvent les collègues de mon service et les responsables sont également très accessibles. Tout le monde travaille dans le même but et a les mêmes objectifs. Alors qu'auparavant, en tant que médecin, j'étais plutôt seule, ici je me retrouve dans un groupe partageant les mêmes idées. Ça fait vraiment du bien.

Travailler pour .be ?

Trouvez l'emploi qui vous convient et rejoignez-nous !

Découvrez toutes les offres d'emploi disponibles