Erika Billen

Erika Billen

Ingénieur Communication, Navigation, Surveillance

Parlez-nous de votre job…

Je suis chargée des aspects techniques visant à garantir la sécurité dans l'espace aérien dans les domaines Communication, Navigation et Surveillance. Cela peut aller de la contribution au développement de la législation (p. ex. en ce qui concerne les aspects météorologiques, les informations aériennes, les transpondeurs, les télécommunications, datalink) au développement de spécifications techniques pour des systèmes garantissant la sécurité du trafic aérien.

J'ai beaucoup de contacts avec des partenaires externes (Commission européenne, Eurocontrol, Belgocontrol, …. ).Nous travaillons quotidiennement dans un contexte très international, ce qui rend le travail très intéressant et passionnant.

A côté de cela, je contribue au développement d'un cadre légal pour sécuriser les vols d'appareils sans pilote dans notre espace aérien. Ce sujet-là aussi est en pleine expansion, avec de nouvelles technologies et de nouveaux défis. Tout cela est passionnant ! 

Quel a été votre parcours avant de rejoindre votre employeur actuel ?

Je viens du secteur privé, où j'étais ingénieur en charge de la production et de la sécurité dans l'industrie chimique. C'est ce qui explique que je sois imprégnée de la nécessité de travailler de manière sécurisée, organisée et structurée.
Le passage de l'industrie à l'administration après 11 ans de carrière n'a pas été évident. Tant d'un point de vue financier qu'organisationnel. Une administration travaille tout à fait différemment et attache de l'importance à d'autres aspects. J'ai mis un peu de temps à m'y habituer. M'adapter à de nouvelles procédures a été relativement facile.

La transmission des connaissances disponibles faisait défaut au SPF Mobilité et Transports, ce qui entraînait souvent une perte de rendement et de transparence. Heureusement, un projet a été mis sur pied pour pallier ce problème.   

Travailler pour votre employeur actuel … Est-ce un avantage, selon vous ?

Il y a beaucoup de projets intéressants et l'ambiance est plutôt bonne. Il est parfois ennuyeux que certains dossiers, sur lesquels on a travaillé pendant des mois, ne soient pas achevés parce qu'on ne peut pas les voter ou les signer, à cause d'un gouvernement en affaires courantes comme en ce moment.

Il n'y a pas vraiment d'avantages extralégaux en comparaison avec l'industrie et les possibilités de promotion sont très limitées dans ma fonction. Pour moi, les avantages extralégaux ou la carrière ont moins d'importance ; pouvoir travailler de manière autonome et s'engager à fond dans les projets, voilà ce qui prime. Ce que je trouve surtout important, c'est de bien aimer mon travail et de pouvoir obtenir des résultats.
L'administration investit beaucoup dans la formation en comparaison avec l'industrie. Il s'agit d'ailleurs de formations de qualité, en Belgique et à l'étranger.
 

Quelle a été la procédure de sélection?

J'ai participé à une sélection statutaire. Ensuite, Selor envoie différentes descriptions de fonction. J'ai choisi ma fonction par intérêt et j'ai participé à l'épreuve orale. On m'a offert de commencer et j'ai accepté cette offre des deux mains. Je ne le regrette toujours pas ! 

Vous souvenez-vous de votre premier jour de travail ?

Le premier jour a commencé au service du personnel par une brève prise de contact, et la lecture d'informations et de la réglementation.
J'étais tellement plongée dans ma lecture, que je n'ai pas remarqué que mon collègue était déjà parti. En courant pour attraper mon train, je me suis perdue dans le dédale des couloirs avant de trouver la sortie. Il n'y avait plus qu'à attendre le train suivant !