Stijn De Smeytere

Stijn De Smeytere
Parlez-nous de votre emploi...

Je travaille au SPF Chancellerie en tant que coordinateur du service de traduction, et je suis responsable de l'organisation du travail des traducteurs et des interprètes. Bien qu'ils fassent partie de la Chancellerie, ils travaillent aussi - et surtout - pour le Cabinet du Premier ministre. Étant donné que les collaborateurs du Premier ministre sont, bien évidemment, exigeants, je suis aussi chargé de relire et de réviser un maximum de traductions.

Quel a été votre parcours avant d'avoir été engagé par votre employeur actuel ?

Une fois le diplôme de traducteur-interprète dans mon escarcelle, j'ai d'abord effectué un stage de quelques mois auprès du parlement européen, au Luxembourg. Par après, j'ai travaillé deux ans au SPF Personnel et Organisation, pour ensuite encore travailler trois ans à la Commission européenne, juste avant mon entrée en service à la Chancellerie.

Est-ce un avantage de travailler pour votre employeur actuel ?

Étant donné que le service de traduction du SPF Chancellerie est (presque) toujours aux avant-postes s'agissant de l'avancement des travaux gouvernementaux, le travail en lui-même est très intéressant. Au niveau du contenu, la palette des traductions est aussi fort variée : du budget à la présidence européenne, en passant par la simplification administrative et la gestion de la crise du secteur bancaire. Nous travaillons dans un environnement plein de défis qui demande une grande implication qui ne s'arrête pas à 17 h.

Quelle a été la procédure de sélection ?

J'ai été inscrit dans une réserve de recrutement par le biais d'une procédure de sélection du Selor. Après quelques mois, j'ai été invité à un entretien pour la fonction statutaire que j'occupe actuellement à la Chancellerie. À la suite de cet entretien en présence des collaborateurs du Selor et du SPF Chancellerie, je suis entré en service en décembre 2010.

Avez-vous une petite anecdote à partager ?

Votre premier jour est toujours un peu spécial. Vous êtes partagé entre l'enthousiasme d'un nouveau travail et le stress de ce nouvel environnement. Cependant, j'ai été bien accueilli et, depuis lors, j'ai trouvé ma place au sein de la Chancellerie