Matthieu Matthys

Mathieu Matthys
Parlez-nous de votre job …

Cela fait maintenant quatre années que je travaille pour l'ONSS. Je gère, avec une vingtaine d'autres personnes, la base de données de l'organisme. Chaque société qui souhaite engager du personnel en Belgique doit passer un jour par nous pour s'identifier en tant qu'employeur ou pour mettre à jour les données la concernant. C'est un travail principalement axé sur la collecte d'informations. L'informatique y prend une part importante et cela ne cessera de croître dans le futur. 

Quel a été votre parcours avant de rejoindre votre employeur actuel?

Etant donné que j'ai commencé à travailler à l'ONSS à 22 ans, je n'ai pas eu, avant cela, un long parcours dans le milieu professionnel. Mon diplôme d'études secondaires en poche, j'ai voyagé puis entamé des études en soins infirmiers. Cette expérience fût intéressante mais ne correspondait pas à mes attentes. Hésitant à suivre une autre orientation qui serait déjà tardive, j'ai opté pour l'administration fédérale. 

Travailler pour votre employeur actuel … Est-ce un avantage selon vous?

Il est vrai qu'au départ on considère à tort qu'un emploi au sein de l'administration n'est uniquement qu'un choix par défaut. Au contraire, l'ONSS offre des opportunités d'épanouissement et de carrière pour ceux qui le souhaitent réellement. Les différentes formations et examens organisés par Selor me permettront peut-être d'élargir mes possibilités et de gravir les échelons, un plan de carrière largement encouragé par notre direction.

D'autres avantages non négligeables prônent également en faveur de l'ONSS. La flexibilité des horaires, l'ambiance de travail et l'environnement excellent dans lequel nous évoluons sont des avantages incontestables. 

Quelle a été la procédure de sélection?

J'ai passé une épreuve au Heysel avec des milliers d'autres candidats pour l'accession au grade d'assistant administratif niveau C. Après quelques temps, j'ai reçu par courrier la confirmation de ma réussite de l'épreuve et ma position dans la liste d'attente. Quelques mois plus tard j'ai été contacté pour travailler à l'Office des étrangers mais j'ai refusé car la fonction ne correspondait pas à mon profil. Peu après encore est arrivée une proposition de l'ONSS qui m'a convaincue. Après un entretien positif avec le service qui cherchait à m'engager, j'ai été embauché. 

Vous souvenez-vous de votre premier jour de travail?

Il fut très bon. J'étais enthousiaste à l'idée de pouvoir débuter dans la vie professionnelle et pouvoir enfin gagner ma vie de manière régulière et, dans le même temps, j'étais fort curieux de l'endroit où j'allais commencer à travailler. L'impression que je ferais à mes collègues et ma capacité à affronter le travail pour lequel on m'avait engagé étaient des éléments sur lesquels je n'avais ni emprise ni certitude. Par chance, nous étions deux à entrer en même temps dans le service, ce qui nous a permis une intégration beaucoup plus facile. En outre, le projet sur le long terme qui incluait un remaniement complet des procédures de travail nous a été directement présenté et nous plaçait au cœur même de l'évolution du service.