Laurent Herbinan

Blue Guy
Parlez-nous de votre job ...

Le travail pour le service juridique est assez varié : rédaction de notes techniques à l'attention des différents organes de gestion et de consultation institués auprès de l'Office, communication d'informations à des mutualités, des particuliers ou d'autres tiers, gestion de plaintes, participation à la rédaction de textes légaux et réglementaires, etc.

Le texte de référence est la loi du 6 août 1990 relative aux mutualités et aux unions nationales de mutualités. Toutefois, les récentes évolutions du cadre législatif et réglementaire ont rendu indispensable l'apprentissage et la maîtrise de matières relevant du secteur des entreprises d'assurances, ce qui a sensiblement enrichi le contenu du travail juridique.

Quel a été votre parcours avant de rejoindre votre employeur actuel ?

D'abord gradué en droit, j'ai ensuite opté pour une passerelle vers l'université et obtenu une licence en droit. A la fin de mes études, j'ai travaillé pendant deux années en tant qu'employé administratif, avant que l'Office m'engage pour ce poste de juriste que j'occupe maintenant depuis 9 ans.

Travailler pour votre employeur actuel … Est-ce un avantage, selon vous ?

De manière assez pragmatique, l'Office offre tous les avantages liés à un poste dans la fonction publique. D'un point de vue personnel, le fait de travailler pour l'intérêt général et la possibilité de travailler à la rédaction de textes légaux ou réglementaires constituent des éléments déterminants. Dans le cadre de ma fonction, j'ai pu suivre des formations en néerlandais et en techniques de légistique. A côté de tout cela, même si le contrôle exercé se concentre sur le fonctionnement administratif et comptable des entités mutualistes, les actions et missions de l'Office ont toujours pour finalité de profiter à l'ensemble de la population.

Quelle a été la procédure de sélection ?

Un premier test écrit constituait l'épreuve générale de sélection de juristes pour les services publics fédéraux et les organismes d'utilité publique. Une partie des questions était juridique, une autre pas du tout. Cet examen rassemblait plusieurs centaines de personnes. Ensuite, pour chaque poste vacant dans un organisme déterminé, un examen spécifique composé d'une partie écrite et ensuite d'une partie orale a été organisé. Une fois engagé à l'Office, j'ai effectué un stage d'un an à l'issue duquel j'ai rendu un mémoire (ce qui n'est plus exigé aujourd'hui), ce qui m'a finalement permis d'être nommé en tant qu'agent statutaire.