Philippe François

Philippe François
Parlez-nous de votre job…

Je travaille au sein du Laboratoire d'Analyse Chimique dont l'objectif premier est l'identification rapide et univoque des toxiques de guerre chimique et des toxiques industriels. Le but de cette capacité analytique est de fournir aux autorités des informations fiables pour leur permettre de prendre les décisions nécessaires notamment pour protéger les populations en danger. Néanmoins, la principale charge de travail du Laboratoire d'Analyse Chimique consiste en des analyses dans les domaines de l'environnement, de la sécurité au travail et de la santé pour le compte de la Défense ou d'autres SPF.
Mon travail au laboratoire consiste en une part administrative (organiser le travail dans le laboratoire, traiter les exigences du système qualité ISO17025, commander les produits, …) et en une part « technique » : préparation des échantillons, analyses, synthèse organique, traitement des résultats, rédaction de rapports, …).

Quel a été votre parcours avant de rejoindre votre employeur actuel ?

Après avoir obtenu un doctorat en chimie organique à l'UCL, j'ai travaillé 1 an à l'ULB en Chimie Pharmaceutique Organique et 2 ans chez Janssen Pharmaceutica en Chimie Médicinale.  

Travailler pour votre employeur actuel … Est-ce un avantage, selon vous ?

Oui, tout à fait ! Au départ, je ne comptais rester que quelques mois au sein du DLD et finalement, 10 ans plus tard, j'y suis toujours. Plusieurs raisons à cela : d'un point de vue scientifique, le travail est intéressant et varié. En outre, nous disposons d'un équipement à la pointe et nous n'avons pas à rougir face à des laboratoires de chimie analytique universitaires ou privés. Nous sommes le laboratoire de référence national et avons obtenu une reconnaissance internationale pour ce tout qui a trait aux toxiques de guerre.
Enfin, du point de vue des conditions de travail, la flexibilité au niveau de l'horaire de travail et des congés est très appréciable quand on a de jeunes enfants.

Quelle a été la procédure de sélection ?

J'ai d'abord été engagé comme contractuel (francophone) sur une étude scientifique financée par l'Institut Royal Supérieur de la Défense (IRSD).
Pour accéder au poste que j'occupe maintenant, étant donné qu'il s'agit d'un poste statutaire néerlandophone, j'ai d'abord dû faire la preuve de ma connaissance du néerlandais en présentant le test linguistique « article 7 ». Ensuite, j'ai participé aux épreuves de sélection via Selor.