Maria Linda Tarzia

Maria Linda Tarzia
Parlez-nous de votre job…

Je m'occupe du prêt interbibliothèques, c'est-à-dire que j'envoie des ouvrages de la Bibliothèque royale en prêt aux bibliothèques publiques, néerlandophones et francophones, aux bibliothèques d'Universités, aux centres de documentation privés et aux bibliothèques étrangères. Je suis aussi responsable, avec deux autres collègues, de la salle des catalogues et de la salle de lecture.

Quel a été votre parcours avant de rejoindre votre employeur actuel ?

J'ai un graduat de Bibliothécaire-Documentaliste, terminé en juin 1991. J'ai toujours travaillé dans le secteur privé (centres de documentation et librairies) jusqu'en 1997 date à laquelle j'ai été engagée à la KBR.

Travailler pour votre employeur actuel… Est-ce un avantage, selon vous ?

Je trouve que le contact avec nos lecteurs est très différent du contact que l'on a avec  la « clientèle » des librairies. Notre rôle est d'aider les lecteurs dans leurs recherches d'informations.
J'ai toujours gardé le même poste depuis le début de ma carrière, mais mon travail a évolué. Grâce à mon chef, j'ai beaucoup plus de responsabilités. Je fais passer des tests et des interviews aux futurs bibliothécaires chez Selor.
De plus, je m'entends très bien avec mes collègues, qu'ils soient francophones ou néerlandophones.

Quelle a été la procédure de sélection ?

En 1994, j'ai passé mes premiers tests au « Secrétariat Permanent de Recrutement » (ancienne dénomination de Selor) et j'ai été engagée en 1997 à la Bibliothèque Royale, en tant que statutaire.

Voulez-vous partager une anecdote particulière ?

Pour mon premier jour, je m'étais habillée en « tailleur ». Mais quand j'ai vu que tout le monde était en tenue décontractée, le lendemain, je suis venue en jeans.

Ce fut une journée mouvementée, je suis passée par différents locaux pour rencontrer le Conservateur, le Conservateur en chef, le secrétariat, les nouveaux collègues,… et comme c'était un vrai labyrinthe, je ne savais plus par quelle porte sortir.