Pourquoi avez-vous changé de métier ?

J’ai longtemps travaillé pour la télévision régionale. Ce qui a démarré comme un boulot temporaire est devenu une fonction avec des responsabilités. Un métier avec beaucoup de stress, et à un moment donné, lors d’une émission, j’ai eu une attaque cardiaque. Grâce à l’intervention rapide des services de secours, j’ai repris le dessus. En devenant moi-même téléphoniste au numéro d’urgence 112, j’ai voulu dans un certain sens faire quelque chose en retour.

Quelle barrière avez-vous dû franchir ?

A première vue, il paraissait étrange de passer d’un métier très stressant à une fonction elle aussi caractérisée par l’urgence. Mais j’ai pris conscience que la différence réside dans la façon d’aborder la pression.

Le feriez-vous à nouveau ?

Certainement. Je n’ai pas changé d’employeur sur un coup de tête, simplement pour le plaisir de changer. Il s’agissait de donner une nouvelle perspective à ma carrière. Et cela ne signifiait pas additionner des titres ronflants, mais mettre toute mon énergie dans de nouvelles initiatives. J’ai ainsi repris des études afin de pouvoir assumer plus de responsabilités chez mon employeur actuel.

De quoi rêvez-vous encore ?

Je travaille pour le centre 112 de Mons, qui héberge également un call center de la police. J’y donne maintenant des formations à d’autres ‘call takers’. J’aime jouer un rôle de locomotive afin que les différents services d’intervention puissent mieux collaborer.

Vos conseils pour celui ou celle qui veut changer de métier ?

Pour avoir envie de changer, vous devez d’abord faire en sorte d’avoir envie. Evitez un ‘burn out’ sur votre lieu de travail, mais attention aussi au ‘bore out’ si votre job devient trop ennuyeux.

 

 Switch _cta _fr 

Thierry _rousseau _web (1)   AVANT APRÈS
JOB

Adjoint à la direction de la production

Calltaker 112
DURÉE 12 ans 5 ans
PLUS GRAND ATOUT J’ai commencé par un job temporaire, mais j’ai fini par évoluer jusqu’à devenir directeur adjoint. Je peux consacrer mon énergie à des projets innovants. Une partie de mon job consiste en du coaching. Je trouve cela très agréable de pouvoir partager mes idées avec eux. 
PLUS GRAND DÉFI Travailler pour la télévision reste un job stressant. Quand j’ai fait une crise cardiaque en 2007 pendant un enregistrement, j’ai décidé de chercher un autre boulot. Al snel heb ik besloten om ook terug te gaan studeren. Dankzij de master in arbeidswetenschappen die ik zo behaalde, heb ik hier meer mogelijkheden en carrièrekansen.