Pourquoi avez-vous changé de métier ?

Devenir agent de police était un rêve d’enfant, pas évident à réaliser. Mais après avoir été musicien pendant plus de 15 ans, j’ai pris mon destin en main et je me suis inscrit à l’école de police. Le fait que je puisse encore jouer de la musique en tant qu’agent m’a certainement aidé à prendre cette décision.

Quelle barrière avez-vous dû franchir ?

Mon entourage m’a pris pour un fou car les musiciens ne considèrent pas vraiment les agents de police comme très sympathiques. De plus, cela ne signifiait pas seulement pour moi un autre métier, mais aussi une vie tout à fait différente : se lever tôt, beaucoup plus de discipline, prendre le train plutôt que le taxi …

Le feriez-vous à nouveau ?

Sans hésiter. Je retire de ce métier autant de satisfaction que quand j’étais sur un podium. Et j’ai fait la connaissance de personnes tout aussi passionnantes, bien qu’elles soient souvent moins connues. Elles m’ont appris ce qu’étaient les coups du sort et la souffrance humaine, mais également qu’il existe encore une véritable amitié et une reconnaissance, sans devoir se donner en spectacle.

De quoi rêvez-vous encore ?

Plus tard, j’aimerais bien devenir commissaire.

Vos conseils pour celui ou celle qui veut changer de métier ?

Vous devez oser prendre des risques, mais partez toujours de vos propres talents et aptitudes. Choisissez ce qui vous donne le plus de satisfaction et ne pensez pas seulement à votre portefeuille.

 

 Switch _cta _fr

Bertrand _desmet _web   AVANT APRÈS
JOB Violoncelliste Agent de police
DURÉE 15 ans 13 ans
PLUS GRAND ATOUT C’était un privilège de partir en tournée avec des artistes internationaux et une expérience extraordinaire ! Je mène une vie plus régulière maintenant, j’ai une meilleure forme physique et j’ai plus de temps pour ma vie de famille.
PLUS GRAND DÉFI Mes journées étaient totalement différentes, les spectacles ayant en général lieu en soirée.  En tant que musicien, on vous applaudit souvent. C’est beaucoup moins le cas quand vous êtes policier. J’ai aussi fait des concessions financières.