2013 fut une année record en termes de candidats. Le nombre de candidatures est monté jusqu’à 172 420 l’année passée, notamment en raison de différentes campagnes de recrutement de grande envergure (pour les calltakers et les gardiens de prison, par exemple). Les effets de ces campagnes se sont encore fait sentir en 2014 : au cours des six premiers mois de cette année, le nombre de candidats screenés (et qui ont donc participé à une ou plusieurs procédures de sélection) a grimpé de 63 %.

Screener : pas uniquement que pour recruter

Cette hausse n’est pas seulement liée aux grandes campagnes de 2013 car Selor screene également des candidats pour d’autres fins. En effet, parmi les 54 348 candidats screenés, Selor a screené près de 10 000 personnes dans le cadre de sélections d’accession et environ 3 000 candidats ont passé des tests pour les « compétences acquises antérieurement » (les lauréats de ces tests peuvent postuler pour certaines fonctions même s’ils n’ont à la base pas le diplôme requis). Par ailleurs, près de 8 000 personnes ont passé un test linguistique et 4 000 candidats ont été screenés spécifiquement pour pouvoir travailler dans le secteur du gardiennage et de la sécurité.

Plus d’efficacité grâce aux dispenses

Depuis fin 2012, Selor a mis en place un système de dispenses automatiques pour les candidats ayant réussi les tests du screening générique. Le screening générique permet en effet de vérifier si les candidats possèdent les compétences génériques et les aptitudes pour exercer une fonction à un niveau déterminé. En cas de réussite et si, par la suite, ces candidats participent à une sélection pour une autre fonction de même niveau ou de niveau inférieur, ils ne doivent plus passer le screening générique. Or, en l’absence d’un tel système de dispenses, 53% de ces screening génériques auraient dû être passé en plus. Il y a donc un réel gain d’efficacité.

Ces chiffres proviennent du rapport de Selor pour le premier semestre de 2014.

Téléchargez ici le rapport complet.