Un million de spécimens, rangés dans des bocaux. Dans les sous-sols du bâtiment CAPA du Musée Royal de l'Afrique Centrale (MRAC), Emmanuel Vreven et ses collègues, le professeur Jos Snoeks et un 'collection manager', Miguël Parrent, président aux destinées d'un conservatoire unique au monde. La mémoire vive de la faune aquatique africaine y est sous bonne garde, à deux pas de Bruxelles.

Quelles méthodes employez-vous pour recueillir les poissons ? Et pour les conserver ?
"Les poissons sont pêchés en Afrique, en utilisant toutes les méthodes disponibles et avec l'aide des pêcheurs locaux qui connaissent bien leurs rivières. Les spécimens capturés sont ensuite fixés dans un mélange composé à 90 % d'eau et à 10 % de formol, ceci après que nous avons prélevé un morceau de nageoire, celui-ci préservé dans de l'alcool absolu, pour permettre de futures analyses ADN. Au moment du transport, on les retire du formol et on les emballe dans des plastiques. Arrivés en Belgique, les poissons sont conservés dans des bocaux contenant 70 %
d'alcool et 30 % d'eau. Nous y ajoutons du camphre pour rendre l'alcool impropre à la consommation. Quelques représentants de chaque espèce de poisson sont également photographiés dès la prise. Compte tenu du fait que le formol a un effet décolorant, cela permet de garder de bonnes indications concernant leurs couleurs initiales."

Vous pouvez lire l'article complet sur le site web de Fedra.

goedevangst
Photo : Fedra