Faites la connaissance de Lies Grypdonck

Parlez-nous de votre travail…

Je travaille à l’INAMI, au service de remboursement des médicaments. Avec 12 autres experts, nous évaluons les demandes de remboursement de nouveaux médicaments selon des critères scientifiques. Sur base de nos conclusions, une proposition de remboursement (ou non) du médicament est formulée. Finalement, il appartient à une commission et, plus tard, au ministre compétent de prendre une décision définitive.

Quel parcours avez-vous effectué avant d’arriver chez votre employeur actuel ?

Après mes études, j’ai commencé à travailler comme médecin généraliste, puis comme chercheuse à l’Academisch Centrum Huisartsgeneeskunde, le Centre académique de médecine générale de la KUL. Quand j’ai vu l’offre d’emploi de l’INAMI, j’ai postulé parce que ces deux expériences me conféraient le profil requis pour ce poste.

Comment s’est déroulée la procédure de sélection ?

La sélection s’est déroulée via de Selor. Comme j’avais déjà participé à une autre sélection, j’étais dispensée des tests génériques. C’était déjà ça de gagné. Je comprends que les médecins qui postulent ne trouvent pas toujours évident de commencer par passer des tests généraux, mais cela fait partie du jeu. Il faut également relativiser, car que représentent ces quelques heures s’il y a un autre emploi pour des années à la clé ?
La deuxième partie de la sélection consistait, comme souvent, en un entretien assez poussé abordant de nombreuses questions concernant l'emploi en lui-même.

Quels sont les avantages à travailler pour l’INAMI ?

En tant que médecin généraliste, je me rendais compte qu’il devenait impossible de combiner ce travail et une vie de famille, surtout avec de jeunes enfants. Maintenant que je travaille à l’INAMI, j’ai trouvé un meilleur équilibre. Je ne travaille certes plus sur le terrain, mais bien au niveau stratégique ; je reste donc étroitement impliquée dans le monde médical et les soins de santé. Mon expérience précédente en tant que médecin généraliste me permet de bien estimer la valeur d’un médicament, car je sais par expérience ce qu’il implique pour le patient lui-même.