Karen Lenaerts

Assistante sociale auprès de l’Office des étrangers

Pourquoi avez-vous postulé pour cette fonction ?

J’ai vu cette offre d’emploi peu après avoir terminé mes études d’assistante sociale en 2008. Après avoir effectué quelques recherches, cela m’a semblé être un travail intéressant, dans le prolongement de mes études et de mes intérêts, et j’ai immédiatement postulé. Le centre fermé de Merksplas se trouvait par ailleurs tout près de chez moi.

Qu’est-ce qui vous attire dans cette fonction ?

C’est un travail extrêmement varié, il n’y a pas deux jours qui se ressemblent. Et puis, j’aime travailler avec des personnes, et dans ce centre, il s’agit de personnes issues de cultures totalement différentes, ce qui donne une dimension supplémentaire au travail. J’ai déjà énormément appris, notamment sur la psychologie humaine.

À quoi ressemble votre journée ?

Quelque 100 personnes séjournent ici, et j’en suis près de trente. Ces personnes peuvent prendre rendez-vous avec moi et j’en rencontre donc plusieurs chaque jour. Après les avoir rencontrés, je m’occupe du côté administratif. En effet, chacune des personnes qui séjourne ici possède un dossier électronique central que nous tenons à jour. Par ailleurs, je suis les nouveaux résidents qui arrivent.

Quelles sont les qualités requises pour bien exercer ce métier ?

Il faut avoir un caractère bien trempé et pouvoir se mettre à la place des personnes qui séjournent ici. En faisant preuve d’empathie, vous atteignez beaucoup de choses, c’est l’un des enseignements que j’ai tiré. Ma tâche consiste également en partie à amener les gens à changer d’avis, à les convaincre de renoncer à un séjour illégal ici pour construire un futur dans leur propre pays. Lorsque vous recevez par la suite une réaction de personnes vous informant que cela a réussi, cela procure une grande satisfaction