Faites la connaissance de Rik De Bo

Depuis 2011, je travaille pour le service ICT du SPF Finances. Je fais partie de l’équipe UCC  (Unified Communication and Collaboration) au sein du département ICT Operations. Avec l’aide de mes collègues, je veille à l’assistance opérationnelle de l’infrastructure des mails et de la téléphonie. Une bonne gestion opérationnelle de cette infrastructure garantit la continuité et une accessibilité rapide pour le monde extérieur.

Quel a été votre parcours avant de rejoindre votre employeur actuel ?

En 2003, j’ai débuté  en tant que contractuel à la Régie des Bâtiments. Je m’y suis rapidement attelé à la gestion des serveurs web et d’application. Cette expérience a été utile pour la suite de ma carrière. Après avoir réussi en 2006 une sélection pour informaticien statutaire organisée par Selor, j’ai rejoint le SPF Economie. En octobre 2011, j’ai rejoint le Service ICT du SPF Finances.

Travailler pour votre employeur actuel… Est-ce un avantage, selon vous ?

En tant qu’informaticien, il est important de suivre régulièrement un workshop, un séminaire ou une formation. Le SPF Finances stimule et encourage ses collaborateurs à se perfectionner dans leur branche, et crée les conditions nécessaires pour y parvenir.

Je prends quasiment chaque jour les transports en commun pour rejoindre Bruxelles, et ces frais sont entièrement pris en charge. Je peux également effectuer du télétravail occasionnel. L’économie de temps des transports me permet de me consacrer à mes enfants.  Le SPF Finances offre également la possibilité de souscrire à une assurance hospitalisation à un tarif avantageux, pour soi et sa famille.  Je bénéficie en outre d’un salaire attractif. Et pour ceux qui viennent du privé, il est possible de faire valoriser ses années d’expérience utile.

Quelle est la plus grande réalisation de votre carrière au SPF Finances ?

Cela peut paraitre étonnant, mais pas moins de 2000 à 3000 fax arrivent quotidiennement au SPF Finances. Grâce au software Open Source Hylafax, nous avons pu garantir, avec un budget limité, la sécurité d’entreprise de l’infrastructure des fax entrants.